Unbenanntes Dokument

 

 

Texte:                         Angelo Calabrese, Naples
                                   Historien de l’art

 

Traduction:                 Liz Theytaz,           Ebikon

 

Une recherche au goût de la vie et de l’espoir. Un coup d’œil, un regard, une illumination : la femme peintre est maintenant « médium » des idées-formes qui dominent la main et, à travers des flots de silence, s’organisent en situations.

*****

Ruth Berther est créatrice d’art dans un moment magique et dévoile, j’en suis persuadé, un intérieur riche d’une fantaisie florissante. On dirait qu’elle s’est rendu compte qu’elle n’a jamais renoncé aux rêves et par là, elle offre, dans la tragédie des expériences douloureuses, ses couleurs de l’espoir comme une consolation. Ce sont des couleurs qui se sont enrichies de chaleur, de lumière, et par là donnent plus d’émotion aux couleurs de la terre, pendant que le bleu est intense et calme comme les souvenirs et que le vert et le jaune prennent d’autres nuances, tandis que le noir n’est qu’un soupçon.
Bien des gens attendent de l’art une expression sociale, qui ne doit pas seulement découvrir et accuser. Il y a des messages qui invitent bien à autre chose. Ruth Berther nous les offre avec un clignement de l’œil et avec le sourire de celle, qui ne perd jamais l’espoir. Sa liberté dans le choix des moyens d’expression est signe de spiritualité qui réussit à élever le mouvement au sentiment.

Vous trouvez le texte complète dans le catalogue